bannière © iEES Paris logo_UPMC logo_UPEC logo_Paris-Diderot logo_CNRS-INEE logo_IRD Accueil Accueil

Suivez nous sur

twitter
facebook

Rechercher



Accueil du site > Actualités

Comment la mode des ruches en ville peut se retourner contre les abeilles


Isabelle Dajoz, Professeure iEES Paris de l’Université Paris Diderot, interviewée dans un reportage dans Le Monde au sujet de ses récentes études sur les abeilles domestiques en ville.


Article sur le site Le Monde


Alors que Paris compte près de 2 000 ruches, des scientifiques alertent sur les risques que fait courir l’omniprésence des abeilles domestiques sur les autres pollinisateurs. Reportage dans la capitale.


Par Clémence Duneau Publié le 31 août 2020 à 11h16 - Mis à jour le 04 septembre 2020 à 17h07



Paris compte près de 2 000 ruches. L’objectif : préserver les abeilles dites « domestiques », une espèce très travailleuse qui produit beaucoup de miel. Mais, à cause des pesticides et du manque de fleurs, ces abeilles ont tendance à disparaître. L’installation de ruches permet donc de maintenir l’espèce et de lui laisser une place en ville. Mais ce qui était une excellente initiative pour la sauvegarde des abeilles domestiques l’est aujourd’hui moins pour celle des autres espèces de pollinisateurs. En particulier pour une cousine directe : l’abeille sauvage.


Au plus près du terrain, en France et dans le monde, partez à la rencontre de celles et ceux qui relèvent les défis environnementaux d’aujourd’hui. PLAN B, le nouveau rendez-vous vidéo du Monde, toutes les semaines sur Facebook, Youtube et Le Monde. fr.


Pour aller plus loin :


- « Wild pollinator activity negatively related to honey bee colony densities in urban context », Isabelle Dajoz, Lise Ropars, Colin Fontaine, Audrey Muratet, Benoit Geslin, 16 Sep 2019.


- « Arrêtez de mettre des ruches partout !  », France Inter, 25 octobre 2019.


- « Installer des ruches à Paris, est-ce encore une bonne idée ? », Happyculteur, 30 avril 2020.


- « Pourquoi les abeilles disparaissent  », Laure Cailloce, CNRS, 28 septembre 2016.


Clémence Duneau