bannière © iEES Paris logo_UPMC logo_UPEC logo_Paris-Diderot logo_CNRS-INEE logo_IRD Accueil Accueil

Suivez nous sur

twitter
facebook

Rechercher



Accueil du site > Stages et emplois > Thèses > > Propositions de thèses

Propositions de thèses

■ Ecologie théorique

« Modélisation des effets des changements globaux sur la stabilité des écosystèmes dans les réseaux trophiques »
Comment les perturbations naturelles ou induites par l’homme affectent-elles la diversité des espèces ainsi que les interactions complexes entre elles, et comment ces effets déterminent-ils à leur tour la stabilité des écosystèmes ?
Il s’agit d’évaluer et atténuer la réponse des écosystèmes aux perturbations, de comprendre les conséquences des différentes composantes des changements globaux (exemples : l’enrichissement en nutriments ou la perte de prédateurs supérieurs) sur la stabilité du fonctionnement des écosystèmes.

Sujet de thèse proposé en avril 2018 par Elisa THEBAULT, CR CNRS équipe EERI et Jacques GIGNOUX, DR CNRS, équipe EMS du département DCFE.
Le doctorat se déroulera sur le campus P&M Curie de Sorbonne Université (Paris 5e).

PNG - 499 octets

Date limite de candidature auprès des contacts : lundi 14 mai 2018

■ Dynamique de la MO dans les turricules des vers de terre au Vietnam

« Modélisation de la production et de la dégradation des turricules : conséquence sur la dynamique de la matière organique »
Sujet de thèse proposé en mars 2018 par Cornelia RUMPEL, DR CNRS équipe FEST du département Sols_ZC.

PNG - 499 octets

Télécharger le descriptif

5 sujets de thèse iEES Paris mis au concours de l’ED 227 Sciences de la nature et de l’homme (Sorbonne Université & MNHN) les 2 et 3 juillet 2018 :

« Conflits entre balance hydrique et thermique pendant la reproduction : une base de la vulnérabilité climatique chez un reptile vivipare » ,
Etude des effets combinés du réchauffement climatique et des modifications de la disponibilité en eau sur la biodiversité, ou : étude des interactions entre l’hydrorégulation et la thermorégulation au moment de la gestation chez des ectothermes terrestres (vipère péliade Vipera berus).
Terrains : Centre d’Etudes Biologiques de Chizé (CEBC) et Massif Central.
Travail dans le cadre du projet ANR Aquatherm (2018-2021) associant 4 laboratoires partenaires.
D’octobre 2018 à septembre 2021.
Encadrant : Jean-François LE GALLIARD, MC CNRS, équipe VPA, département ECOEVO


« Effets de l’urbanisation sur la communication acoustique, le stress physiologique et le succès reproducteur des mésanges bleues et charbonnières. Implications pour la biodiversité avienne en ville » ,
La ville est devenue un environnement original avec de nouvelles pressions évolutives : biologiques (parasites, prédateurs), abiotiques (pollutions sonores, lumineuses, chimiques) mais également sociopolitiques (régulations des populations, nourrissage). Il s’agit de décrire et de comprendre les effets directs et indirects de l’urbanisation sur les individus, puis ses conséquences sur les populations de mésanges. La compréhension des rôles de la sélection naturelle et sexuelle sur le fonctionnement de populations aviaires en zone urbaine est un enjeu crucial ...
Permis de conduire indispensable.
Encadrante : Clémentine VIGNAL, P.U S-U, équipe EPE, département ECOEVO


« Prédation intraguilde entre prédateurs et parasitoïdes : conséquences sur l’efficacité du contrôle des ravageurs » ,
A cause des interactions directes ou indirectes qui peuvent s’établir au sein même du cortège des ennemis naturels d’un ravageur, l’enrichissement de ce cortège n’entraine pas systématiquement une meilleure régulation de ce ravageur.
Encadrant : Elisa THEBAULT, CR CNRS, équipe EERI, département DCFE


« Étude du trade-off entre la survie dans l’environnement et le pouvoir pathogène chez les bactéries du genre Pectobacterium » ,
Les bactéries pectinolytiques (BP) appartenant aux genres Pectobacterium et Dickeya sont des bactéries phytopathogènes à large spectre d’hôte attaquant la majorité des familles botaniques, incluant des plantes d’intérêt agronomique (endive, pomme de terre). Mais quels sont les réservoirs environnementaux hébergeant les BP et quelle est la diversité des BP associée à ces réservoirs ?
Une curiosité marquée et une appétence pour la bibliographie seront nécessaires dès le début de la thèse.
Encadrante : Marie-Anne BARNY, DR AgroParisTech, équipe CoMIC, département DCFE


« Fondation indépendante ou fission : étude éco-évolutive des stratégies de dispersion des fourmis en environnements variables » ,
La thèse porte sur l’évolution de la variabilité intra-spécifique des capacités de colonisation et de compétition. L’objectif est d’étudier l’allocation des ressources aux propagules (nombre et taille de propagules) en prenant en compte la richesse, la fragmentation et les variations temporelles et spatiales de l’environnement qui affectent le succès des stratégies colonisatrices et compétitrices.
La thèse combinerait une approche théorique par simulations et une approche empirique utilisant la fourmi Européenne Myrmecina graminicola comme modèle biologique.
Encadrant : Thibaud MONNIN, DR CNRS, équipe ESEAE, département ECOEVO


PNG - 499 octets

Contactez les encadrants.
Date limite de candidature sur le site de l’ED 227 : 21 mai 2018

2017

Dpt ECO-ISO – Le sujet de thèse dirigée par Cornélia RUMPEL, DR CNRS, équipe IsoEco, est en ligne sur le site de l’ED 129 à l’UPMC :
Rôle de la faune des sols pour la fourniture des services écosystémiques par les matières organiques


MNHN & UPMC – Les 4 sujets de thèse iEES Paris mis au concours de l’ED 227 Sciences de la nature et de l’homme le 29 juin 2017 :

Mise en évidence et implication du continuum reine-ouvrière dans l’adaptation et l’évolution des fourmis face aux changements environnementaux,
directeur : Mathieu MOLET, MC UPMC, équipe ISE, dpt ECOEVO

Hétérogénéité individuelle de la croissance corporelle et dynamique des populations structurées par la taille,
directeur : Jean-François LE GALLIARD, CR UPMC, équipe VPA, dpt ECOEVO

Modélisation de la dynamique du couvert arboré en savane : impact du feu sur la séquestration du carbone et la stabilité de la savane à long terme,
directeur : Jacques GIGNOUX, CR CNRS, équipe EMS, dpt DCFE

Présence dispersion et diversité des entérobactéries phytopathogènes pectinolytiques dans l’environnement, impact sur l’émergence des épidémies et sur l’évolution des souches pathogènes,
directrice : Marie-Anne BARNY, DR AgroParisTech, équipe CoMIC, dpt DCFE

Date limite de candidature : 31 mai 2017